la compagnie noire Index du Forum
la compagnie noire Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Candidature de Naenira

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la compagnie noire Index du Forum -> Taverne -> Recrutement & Règlement
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Naenira
La compagnie noire

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2011
Messages: 10
Localisation: Ici et là, nulle part et n'importe où
Masculin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval
Point(s): 10
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 19:47 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

Malgré son aspect inhabituel, oui, il s'agit bien d'une candidature. Je tenais absolument à la faire sous forme de RP, et cela m'a pris pas loin d'une semaine, donc j'espère que ça vous plaira Wink

ps : les deux premiers à trouver les deux répliques de film que j'ai glissé dans ma candidature pourront me demander n'importe quoi, je le leur offrirait dans la mesure de mes moyens. Foi de Nae !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Cet hiver, comme chaque hiver, un calme lent et froid régnait sur Mordrakan et sa vallée. Les neiges venues des haut sommets avaient cessé de tomber et avaient recouvert la vallée d'un épais manteau blanc.
Bravant les chutes de neige, les fiers chasseurs du village de Lyk, qui depuis plusieurs jours étaient sur la piste d'un grizzly qui avait fait plusieurs victimes sur la route vers l'avant poste situé plus haut dans la montagne, transportaient sur leur traineau non pas l'ours abattu, mais une jeune fille aux cheveux de neige et aux traits doux comme un matin de printemps. Elle avait le teint très pâle, presque bleu, aurait-on dit, les lèvres violacées et des cheveux collés par le gel. Elle était inerte, mais avait les yeux grand ouverts. Quiconque l'aurait vue à ce moment là n'aurait su dire si elle était inconsciente, tant son état était inquiétant, ou belle et bien consciente, mais incapable de bouger, tant l'expression de son visage était forte.

Le convoi de chasseur entra dans le village enneigé en tirant le traineau derrière eux. Ils remontèrent l'unique rue et se dirigèrent en hâte vers un attroupement de soldats de l'ordre de la Gloire Funeste stationnés au village. Parmi ces soldat se trouvait Anya March, le médecin local.

- Place ! Faites place ! cria l'un des chasseurs à l'adresse des hommes en armure qui leur barraient le passage. Attirée par les appels, Anya March, qui était occupée à appliquer des remèdes à des soldats légèrement contusionnés, se retourna et vit la passagère du traineau. Elle alla à la rencontre des chasseurs et se pencha au dessus de la jeune femme :

- Bon sang, elle est très mal en point... Que lui est-il arrivé ?

- On l'a trouvée inconsciente sur la berge du lac. répondit un des chasseurs en haussant les épaules.

- Dans cette eau glacée ? Pauvre enfant ! intervint l'assistante du médecin, une femme d'une trentaine d'années dont le visage affichait un air niais.

- Oui. Elle pourra s'estimer heureuse d'être encore en vie, si elle se réveille... répondit Anya, sans cesser d'examiner la jeune femme.

- Elle va s'en sortir, vous croyez ? demanda un des soldats, l'air visiblement perplexe.

- Je ne sais pas. Aidez-moi à la rentrer au chaud et allongez-la sur la table, je vais voir ça.

Quelque soldats s'affairèrent à la sortir du traineau dans lequel elle était maintenue, couverte de diverse peaux de bêtes, et la transportèrent dans dans la maison qui se trouvait à quelque pas. Ils l'allongèrent précautionneusement sur la large table située au milieu de l'unique pièce et se tournèrent vers Anya en attente d'autres instructions.

- Tout le monde dehors, ordonna t-elle, j'ai besoin de calme. Allez Allez ! Dehors !

Elle pressa tout le monde sortir, même son assistante, referma la porte par laquelle le froid avait commencé à rentrer, et se pencha par dessus la table afin d'examiner la jeune femme en détail. Pas de fractures, quelques bleus, quelques coupures par ci par là, mais rien d'inquiétant. La respiration, lente et difficile, mais régulière. Les yeux toujours grands ouverts fixaient le plafond d'un air absent.

Anya s'éloigna de la table, fouilla dans un placard, et revint avec une paire de ciseaux, avec laquelle elle entreprit de découper chaque épaisseur de vêtement dont était vêtue la jeune femme. Porter tissu et du cuir mouillé en plein hiver, il n'y a rien de mieux pour attraper la mort. Elle découpa jusqu'à la chemise de la jeune femme, retira les lambeaux de tissus quelle laissa tomber au sol, et la couvrit d'un peau de bête bien chaude. Elle se pencha de nouveau par dessus le corps, et avec une infinie précaution, elle inclina sa tête sur le côté droit. En un murmure suivit d'un léger crépitement, Anya alluma une bougie et la posa sur le côté droit de la table, au niveau du visage de la jeune femme, de façon à ce que ses yeux regardent la flamme dansante. Enfin, elle prit une chaise qui traînait dans un coin, s'assit près de la table, et observa.

Une longue heure passa, pendant laquelle le silence régna dans la pièce quand enfin, les yeux de la jeune femme, dans lesquels brillait la flamme de la bougie, s'animèrent. Ils clignèrent plusieurs fois, comme si la jeune femme voyait de nouveau après une longue période d'obscurité.

- Hé bien, hé bien, marmonna Anya en observant la jeune femme, on peut dire que vous êtes résistante, vous...

La jeune femme resta silencieuse. Elle tourna la tête et observa la pièce dans laquelle elle se trouvait : une petite maison faite de rondins de bois, éclairée par un unique chandelier suspendu à la charpente. Des placards s'étendaient le long des murs, remplis de bocaux et de flacons aux formes diverses et un feu ronflant brûlait dans une petit cheminée de pierre aménagée au milieu du mur qui faisait face à la porte d'entrée.

- Vous avez un nom, mademoiselle "J'aime-me-baigner-dans-un lac-en-plein-hiver" ?

la jeune fille remua les lèvres, mais aucun son n'en sortit.

- Vous ne voulez pas me le dire ?

- Appelez-moi Naenira, glissa t-elle d'une voix faible. Où est on ?

- Vous êtes à Lyk, petit village de la vallée de Mordrakan. Ce n'est pas l'endroit le plus agréable de la région en cette saison, mais vous avez de la chance d'y être, malgré tout. On aurait pu ne pas vous trouver, sur la berge de ce lac, et vous seriez morte, à l'heure qu'il est. Vous ne devez votre survie qu'à la chance et au bon sens de ceux qui vous ont amenée ici.

- Je ne crois pas en la chance, répondit Naenira dans un murmure.

- Ha tiens donc ? s'exclama Anya

- On Nous a enseigné que tout avait un sens, que tout faisait partie d'un immense cycle, que le monde était une scène de théâtre, et que les hommes et femmes n'en étaient que les acteurs. Ils entrent, jouent leurs rôles, et disparaissent. Ceux que le sombre Lys a appelé ont appris à réinventer leur rôle et à voir au delà du rideau rouge et or.

- Votre séjour dans l'eau vous a fait perdre la raison... Vous pensiez arriver à faire quoi, en vous jetant dans un lac en plein hiver ? demanda Anya d'un air sévère.

- Ce n'est pas de mon fait, répondit la jeune fille en fermant les yeux. Mon dernier souvenir remonte à ma rencontre avec Lui, l'homme vêtu de blanc, près de l'avant poste de Marl, loin au sud du village.

- Donc... vous êtes occupée à vous promener, et l'instant suivant, vous vous retrouvez allongée sur une table chez un médecin, à plusieurs lieues de l'endroit où vous vous trouviez... et ça ne vous surprend même pas ? demanda Anya, incrédule.

- Non, répondit Naenira. Je savais que je rencontrerais cet homme, et je savais qu'il voudrait me tuer. Il a visiblement pensé que me faire tomber de la falaise jusque dans l'eau glaciale suffirait. Il a eu tort.

- Il voulait vous tuer, vous le saviez... et vous n'avez rien fait ?

- Si, mais ça m'a pas suffit. Ça n'a jamais suffit, pour aucun de Nous.

- De qui parlez-vous en disant "nous" ?

- De mes frères, ceux qui ont vu l'homme en blanc avant moi

- Comment s'appelaient-ils ?

- Je vous ai déjà dis Leurs noms, trois fois, dont une à l'instant. Je vous ai même dit le mien, mais vous ne vous en souvenez pas. C'est le tribu que Nous payons pour le Savoir : de Notre vivant, plu personne ne doit connaître Notre nom. Nous en choisissons un qui reflète ce que Nous sommes, et on ne Nous appelle plus que par ce nom. À Notre mort, Nous disparaissons. Tout, depuis Notre image jusqu'à l'empreinte que Nous avons laissé sur la terre, cesse d'exister chez ceux qui n'ont pas accès au Savoir. Pour eux, Nous ne sommes plus qu'un vague souvenir d'un lointains passé. Nos visages deviennent ceux inconnus croisé au hasard d'un rue, et rien d'autre. J'écrirais les noms de mes frères, ou le mien, devant vous que vous ne seriez pas capable de les lire, ni même peut être de les voir.

- Changeons de sujet, coupa Anya, visiblement dépassée par la tournure que prenait la discussion. Qu'est-ce que vous aviez à faire dans la régions ?

- Plusieurs choses, en fait : premièrement, je suis... ou plutôt j'étais à la poursuite d'un Officier, un mage de guerre, si vous préférez. J'ai quelques... "problèmes" à régler en sa présence. Deuxièmement, cet homme transporte avec lui un ouvrage ancien et de grande valeur, à la fois pour lui et pour moi, qui traite des légendes de l'au delà elfique. Enfin, je cherchais la fuite contre l'homme en blanc. Il a pourchassé mes frères les uns après les autres et mon tour était venu. Maintenant qu'il me croît morte, j'imagine que je peux souffler un peu avant d'entendre à nouveau parler de lui.

- Et que comptez vous faire à présent ?

- Hé bien, je ne sais pas, hésita Naenira. Tout ce que j'ai accomplis jusqu'à présent, je l'ai fait parce que je n'avais guère d'autres choix. Tout les contrées que j'ai visité, je les ai parcouru sur les traces de quelqu'un, ami ou ennemi. Maintenant que la piste de mon Officier s'est perdue, et que je ne retrouverais pas mon livre sans l'avoir retrouvé Lui, je crois que je vais rester un peu ici, à me renseigner, à m'imprégner du savoir qui règne ici.

Elle essaya de se redresser, sans succès, comme si ses bras et ses jambes ne lui obéissaient plus. Un sentiment de frustration intense apparu sur son visage.

- Vous pensiez pouvoir aller où, dans votre état ? questionna Anya. Vous n'avez même plus de vêtements, qui plus est ! Vous voulez retourner à l'aventure sans force et sans rien pour vous protéger ? Le seul endroit où vous irez jusqu'à la fin de la journée, c'est dans un bon lit ! Je tâcherais de vous trouver quelque chose de seyant pendant votre sommeil.

Naenira prit alors conscience qu'elle n'avait en effet presque plus aucun vêtement sur elle, et que ce qu'elle portait auparavant gisait en petit morceau au pied de la table.

- Qu'est-ce que ... ?

- C'est moi qui les ai enlevé, coupa Anya. Quand quelqu'un est en hypothermie, ce qui était votre cas, il faut retirer ses vêtement mouillés - ce qui était le cas - et le maintenir allongé, au chaud et au sec.

Elle s'éloigna en direction d'un de ses placards remplis de fiole et de portions.

- Pourquoi ne pas me les avoir simplement retiré ? Pourquoi les couper ? Ils sont irréparables, maintenant ! se plaignit Naenira

- Vous auriez préféré sacrifier votre vie pour sauver quelques pièces de tissu et de cuir ? demanda Anya d'un ton grave, sans même détourner les yeux du placard dans lequel elle était à la recherche d'un flacon. Nous sommes d'accord, rajouta t-elle après un moment de silence. Quant à la raison qui m'a poussée à les couper plutôt qu'à vous les retirer normalement, hé bien c'est parce qu'il fallait vous infliger le moins de mouvement possible, car dans votre état, des gestes trop brusques vous auraient tué aussi sûrement que certains poisons que je garde ici. De plus, manipuler des corps inertes est peut être le lot quotidien des gens de ma profession, mais ça n'est pas l'aspect que je préfère le plus. Faites moi confiance, j'ai agi au mieux de ce qu'il fallait faire.

Elle retira deux bouteilles et deux verres du placard, les posa sur le manteau de la cheminée, traversa la pièce et sortit d'une vieille armoire une chemise de grosse toile et un pantalon usé. Enfin, elle revint vers Naenira.

- Donnez-moi vos mains, je vais vous aider à vous relever.

Nora se redressa et enfila les vêtement que lui tendit Anya. Il étaient de bien moins bonne facture que ceux qu'elle portait avant, mais toujours plus confortable que des peaux de bête. Anya contempla la jeune fille, un léger sourire au coin des lèvres.

- Avancez vers moi, pour voir si tout va bien...

Naenira s'exécuta, et avança de quelque pas, la démarche assurée.

- Hé bien, vous récupérez vite ! s'exclama Anya. Un verre ?

- Hein ? Heuuu... Oui, balbutia Naenira. Qu'est-ce que vous avez ?

Anya alla récupérer les deux bouteilles qu'elle avait posé sur le manteau de la cheminée et les montra à la jeune fille.

- Un petit cocktail de ma création, dit-elle en montrant la première bouteille avec fierté. Bon à boire et très sain pour la santé. De l'autre côté, j'ai une vieille bouteille de cette bière qu'ils brassent, là haut, à flanc de montagne. Vous savez, les nains, là... Bref, je la garde depuis très longtemps, ça donne un goût très particulier. Quant à la longueur en bouche, alors là... J'en parlais l'autre jour avec Kramer Wright, l'armurier de la garnison. Il a trouvé ça imbuvable, tellement c'était fort. Pourtant il s'y connais, en alcool fort ! Mais il faut croire que je suis la seule à aimer ça... Enfin, qu'est-ce que vous prendrez ? Le cocktail maison ou une lampée de tord boyau de ma réserve ?

Naenira jeta un drôle de regard à la seconde bouteille, et répondit qu'elle préférait le cocktail.

- Sage décision, murmura Anya, Sage décision...

Elle versa le contenu de la bouteille dans une coupe en étain et la lui tendit. Elle se versa ensuite un verre de la seconde bouteille, un sourire en coin. Naenira regarda la contenu de son verre avec circonspection. Un liquide clair comme de l'eau dégageant une odeur sucrée. Elle jeta un coup d'œil furtif à Anya qui regardait elle aussi le fond de son verre.

- Allez-y, surtout, ne m'attendez pas ! Je préfère respirer le doux parfum qui se dégage de mon verre, glissa t-elle sans quitter son verre des yeux.

Naenira hésita, puis avala une petite gorgée de son verre. Aussitôt, un parfum de plantes des montagnes et de fruits caressa son palais.

- J'y trouve un goût de pomme, murmura t-elle.

- Il y en a, répondit Anya qui la regardait fixement, à présent.

Elle avala une gorgée de son propre verre, sans même ciller, et reposa son regard sur Naenira. Cette dernière reprit une gorgée et demanda :

- vous avez beau dire, ya pas seulement que de la pomme, il y a autre chose... Ça ne serait pas des fois de la betterave ? ajouta t-elle après une longue hésitation.

- Si, il y en a aussi.

Dès que Naenira eut finit son verre, Anya se leva, un large sourire aux lèvres :

- En fait, il y a plus que de la pomme et de la betterave. Il y a aussi un somnifère inodore. Je destine habituellement ce mélange aux enfants turbulents que je dois soigner et qui ne veulent pas se laisser faire. Ça ne sera peut être pas assez fort pour vous faire dormir, mais ça devrait vous tenir calme pour un moment.

- Comment ! S'exclama Naenira.

- Si je ne l'avais pas fait, vous auriez tout fait pour repartir le plus vite possible, et vous vous seriez fait tuer. Voyez-vous, je me donne rarement du mal à soigner quelqu'un pour le voir commettre à nouveau l'erreur qui l'a amené chez moi. Vous dormirez ici, ce soir, que vous le vouliez ou non. Croyez-moi, c'est pour votre bien.

Naenira lâcha son verre, qui tomba au sol dans un fracas métallique.

- Non... Vous n'avez pas le droit, vous...

Trop tard. Le somnifère commençait à faire effet. La jeune fille se rua vers la porte. De l'air ! Une dalle de sol mal scellée la fit trébucher. Le sol froid... La pièce devenait floue...

...


- Quoi ! Où sommes-nous !

Naenira se leva en sursaut. Le sol tanguait... Non, ça devait être les effets du somnifère.... Elle était allongée sur un lit aux draps grossiers, dans une petite pièce éclairée par la lumière du matin

Soudain, une voix se fit entendre et la força à tourner la tête :

- Vous êtes chez moi, au fort d'obsidienne, il est dix heure du matin, et nous sommes le 24 Janvier, si vous voulez tout savoir.

Naenira se retourna précipitamment. Un homme en armure noir et or venait de passer la tête par l'ouverture d'une porte et la regardait d'un air amusé. Son visage anguleux était encadré de cheveux auburn, et rayé de quelques cicatrices. Il s'arrêta sur le pas de la porte, fit une révérence et reprit la parole :

- Je suis Kramer Wright, armurier de la 5ème garnison de l'Ordre de la Gloire funeste, détachée à Lyk, pour vous servir.

- Qu'est-ce que je fais là ? J'étais chez ce médecin, qui...

- ... Qui vous a donné à boire un bon vieux somnifère et demandé que l'aimable serviteur que je suis vous conduise au fort d'Obsidienne, coupa Kramer.

L'homme se retourna dans l'autre pièce, de laquelle provenaient des petits tintements métalliques. Naenira s'apprêta à lui demander si quelqu'un avait été chercher les affaires qu'elle avait été contrainte d'abandonner, avant son accident, quand l'homme revint dans la pièce, accompagné d'une gamelle remplie d'une bouille de céréale encore fumante, et désigna d'un revers de main une malle rangée dans un coin :

- Tout ce que les chasseurs ont pu récupérer est là. Le reste restera là où vous l'avez laissé jusqu'au printemps prochain, et la fonte des neiges

Naenira ouvrit la malle précipitamment, pour découvrir son contenu : un petit sac de runes colorées, quelques documents, des insignes gnolles, une paire de bottes en peau de requin de Korbasseterre, une cape rouge sang en lambeaux, une autre bordée de fourrure blanche, un casque ailé... Pas d'argent, bien entendu, mais toujours une pleine bourse de jetons de Phirius. Sans doute le pillard passé par là n'avait pas jugé bon de s'encombrer de jeton sans valeur marchande... Et au fond de la malle, un vieux livre d'aspect inconnu. Naenira prit l'ouvrage dans ses mains ses épousseta la couverture : c'était un ancien livre relié de cuir rouge avec un fermoir en argent, sur lequel il était écrit...

"Chronique de la compagnie noire - annale"

- Qu'est-ce que c'est ? questionna Naenira

- C'est Anya qui a sorti ça de ses affaires, pour vous, répondit Kramer en se penchant par l'unique fenêtre qui éclairait la pièce. Je ne sais pas ce que vous lui avez raconté, mais elle m'a demandé de vous dire que ça vous permettrait de trouver des réponses à certaines de vos question, peut être... Militairement parlant, vous êtes douée pour quoi ?

- Hein ? Heuu, je manie bien l'arc, et j'ai quelques notions de magie aquatique et de guérison

- Parfait, ça devrait les intéresser, peut être...

- Intéresser qui ?

- Pas à moi qu'il faut demander ça, ma jolie. Mangez en vitesse, et suivez moi

Naenira avala mollement une bouchée de la bouillie de céréale, dont l'aspect rappelait assez bien celui de la boue. A sa grande surprise, le mélange était sucré et délicieux. Elle l'avala en vitesse et bondi hors de son lit. Elle portait encore les vieux vêtements que lui avait donné Anya March. Kramer lui fit signe de le suivre, et ensemble, ils sortirent.

Il marchèrent longtemps dans les rues du fort, passèrent devant les écuries, firent quelque détours, quand Kramer s'arrêta brusquement à un croisement de trois rues.

- Vous êtes arrivée, dit-il

- Arrivée où ? demanda Naenira, interloquée

Sans même dire un mot, l'homme désigna de la tête un bâtiment trônant au sommet d'une montée. Il était gigantesque et avait l'aspect d'une cathédrale. La facade était décorée de vitraux représentant des faits d'armes et des couronnements de rois, et des bas-reliefs couraient le long des murs.

- Qu'y a t-il, à l'intérieur ? demanda Naenira

- Vous verrez par vous même, murmura simplement Kramer

- Vous ne m'accompagnez pas ?

- Ce ne sera pas la peine.

La jeune fille avança timidement vers le bâtiment et poussa la lourde double porte de bois. Dans le hall trônait une gigantesque lance -plusieurs mètres de long- plantée tête en bas, sur laquelle était accrochée un étendard rouge sombre arborant un crane dont les yeux brillaient d'une inquiétant lueur jaune.

- Il y a quelqu'un ? demanda la jeune fille

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Pseudo du Personnage souhaitant intégrer la guilde : Naenira
    Classe primaire : Éclaireur
    LvL classe primaire : 57
    Classe secondaire : Prêtre
    LvL classe secondaire : 53


Comment j'ai connu la compagnie noire ? Par le biai d'une antique alliance avec les Shadelys, desquels je faisait partie avant la dissolution de la guilde. Comme certains membres vous ont rejoint depuis, je pense notamment à Ilsane et Merine, je préfèrerais repartir avec un minimum de têtes connues.

Qu'est-ce qui me motive à venir frapper à votre porte ? Hé bien c'est simple : après une loooongue interruption, j'ai décidé de reprendre en main mon premier vrai MMO (Dofus ne compte pas. Non, ça compte pas, j'vous dis ! J'étais jeune et insouciant, à l'époque...) et de repartir à la découverte des nouvelles terres de Taborea. Il y a un an, il n'y avait pas Janost nord, pas de désert de limon, pas de montagnes rouges, pas de côte des opportunités, pas de Xaviera, et pas de compétences élites 50 à tout les coins de rue. A l'époque, seuls de très rares avaient accès à ces joujoux là. Donc en gros, j'ai raté plein de nouveautés. En ce qui me concerne, c'est simple : après un an dévolution, mon équipement est "un peu" obsolète, et les amis avec qui j'avais coutume de discuter ont arrêté de jouer. L'équipement est pour moi plus un moyen de survivre en milieu hostile qu'un sésame pour les instances de haut niveau. Si je n'instancie pas, je n'ai pas de poussées de fièvre ou d'irritabilité. Ce que je viens chercher chez vous, c'est surtout la bonne ambiance et la camaraderie que j'ai pu observer écouter sur votre Mumble, un soir où trois ou quatre d'entre vous m'ont rushé les doigts dans le nez des instances infaisables même plus les meilleurs il y a de ça un an.

Qu'est-ce que je pense pouvoir apporter au sein de la guilde ? Surtout de la serviabilité : il suffit de me demander quelque chose qui est dans mes cordes pour que je m'exécute. Autre chose de plus concret, je suis couturier niveau 26, mais là aussi, je pense être largement en deçà des normes actuelles, surtout que j'envisage de me rediriger vers le travail du cuir et du métal. J'ai une belle maison aménagée que certains d'entre vous ont pu visiter ( n°004180 - mdp : "sojed" ), des collections de costumes (notamment l'armure arctique au complet), un masque de fer, une queue de chat, une de loup, des ailes structurées qui datent de Matusalem... Bref, vu mon absence prolongée, je n'apporte rien de très utile, si ce n'est de la bonne humeur, un gout prononcé pour le Role Play et la progression "peinarde"

Règlement général et règlement d'instance lus, approuvés et acceptés (parce qu'on peut approuver sans accepter)

_________________
Kin galgabaran de la arzeth
gult zen norzeth orezen.
Sku de la geeta,
leu sendra, ugor !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 19:47 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
thierrylafrance
Les officiers

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2009
Messages: 616
Localisation: Agen
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 210
Moyenne de points: 0,34

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 21:15 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

(j'ai déjà trouvé les tontons flingueur pour la pomme je continue de chercher)
_________________
Réservez-moi une table pour demain, j'adore cette ambiance familiale



Revenir en haut
MSN
Naenira
La compagnie noire

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2011
Messages: 10
Localisation: Ici et là, nulle part et n'importe où
Masculin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval
Point(s): 10
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 21:38 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

thierrylafrance a écrit:
(j'ai déjà trouvé les tontons flingueur pour la pomme je continue de chercher)



C'est bien ça ( http://www.youtube.com/watch?v=P8Zk5PLlhLw ) mais sans vouloir me montrer trop pressant, ça ne me donne pas ton avis sur ma candidature, et c'est quand même ce qui me tarde de savoir Rolling Eyes
_________________
Kin galgabaran de la arzeth
gult zen norzeth orezen.
Sku de la geeta,
leu sendra, ugor !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
thierrylafrance
Les officiers

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2009
Messages: 616
Localisation: Agen
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 210
Moyenne de points: 0,34

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 09:09 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

je laisse ilsane et merine te répondre vu que tu les connais bien ^^
_________________
Réservez-moi une table pour demain, j'adore cette ambiance familiale



Revenir en haut
MSN
thierrylafrance
Les officiers

Hors ligne

Inscrit le: 16 Déc 2009
Messages: 616
Localisation: Agen
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 210
Moyenne de points: 0,34

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 09:16 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

connecte toi que je t'ajoute ^^
_________________
Réservez-moi une table pour demain, j'adore cette ambiance familiale



Revenir en haut
MSN
immous
La compagnie noire

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 204
Point(s): 205
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 10:40 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

la deuxieme ne serait pas cette phrase?

que tout faisait partie d'un immense cycle, que le monde était une scène de théâtre, et que les hommes et femmes n'en étaient que les acteurs. Ils entrent, jouent leurs rôles

Ca me parle mais je ne me rappelle pas


Revenir en haut
Naenira
La compagnie noire

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2011
Messages: 10
Localisation: Ici et là, nulle part et n'importe où
Masculin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval
Point(s): 10
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 12:06 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

Pas dans cette langue, en tout cas (donc en gros, ça ne compte pas...). J'ai tiré ça de la signature d'un ancien Shadelys, Aoife, pour ceux qui le connaissent.

De Shakespeare, As You Like It, 1600:
Citation:
JAQUES:
All the world's a stage,
And all the men and women merely players:
They have their exits and their entrances;

And one man in his time plays many parts,
His acts being seven ages. At first the infant,
Mewling and puking in the nurse's arms.


Un indice : la deuxième replique se trouve dans la deuxième partie et est tiré de La communauté de l'anneau

- Quoi ! Où sommes-nous !

Naenira se leva en sursaut. Le sol tanguait... Non, ça devait être les effets du somnifère.... Elle était allongée sur un lit aux draps grossiers, dans une petite pièce éclairée par la lumière du matin

Soudain, une voix se fit entendre et la força à tourner la tête :

- Vous êtes chez moi, au fort d'obsidienne, il est dix heure du matin, et nous sommes le 24 Janvier, si vous voulez tout savoir.

Naenira se retourna précipitamment. Un homme en armure noir et or venait de passer la tête par l'ouverture d'une porte et la regardait d'un air amusé. Son visage anguleux était encadré de cheveux auburn, et rayé de quelques cicatrices. Il s'arrêta sur le pas de la porte, fit une révérence et reprit la parole :

- Je suis Kramer Wright, armurier de la 5ème garnison de l'Ordre de la Gloire funeste, détachée à Lyk, pour vous servir.

- Qu'est-ce que je fais là ? J'étais chez ce médecin, qui...

- ... Qui vous a donné à boire un bon vieux somnifère et demandé que l'aimable serviteur que je suis vous conduise au fort d'Obsidienne, coupa Kramer.

L'homme se retourna dans l'autre pièce, de laquelle provenaient des petits tintements métalliques. Naenira s'apprêta à lui demander si quelqu'un avait été chercher les affaires qu'elle avait été contrainte d'abandonner, avant son accident, quand l'homme revint dans la pièce, accompagné d'une gamelle remplie d'une bouille de céréale encore fumante, et désigna d'un revers de main une malle rangée dans un coin :

- Tout ce que les chasseurs ont pu récupérer est là. Le reste restera là où vous l'avez laissé jusqu'au printemps prochain, et la fonte des neiges

Naenira ouvrit la malle précipitamment, pour découvrir son contenu : un petit sac de runes colorées, quelques documents, des insignes gnolles, une paire de bottes en peau de requin de Korbasseterre, une cape rouge sang en lambeaux, une autre bordée de fourrure blanche, un casque ailé... Pas d'argent, bien entendu, mais toujours une pleine bourse de jetons de Phirius. Sans doute le pillard passé par là n'avait pas jugé bon de s'encombrer de jeton sans valeur marchande... Et au fond de la malle, un vieux livre d'aspect inconnu. Naenira prit l'ouvrage dans ses mains ses épousseta la couverture : c'était un ancien livre relié de cuir rouge avec un fermoir en argent, sur lequel il était écrit...

"Chronique de la compagnie noire - annale"

- Qu'est-ce que c'est ? questionna Naenira

- C'est Anya qui a sorti ça de ses affaires, pour vous, répondit Kramer en se penchant par l'unique fenêtre qui éclairait la pièce. Je ne sais pas ce que vous lui avez raconté, mais elle m'a demandé de vous dire que ça vous permettrait de trouver des réponses à certaines de vos question, peut être... Militairement parlant, vous êtes douée pour quoi ?

- Hein ? Heuu, je manie bien l'arc, et j'ai quelques notions de magie aquatique et de guérison

- Parfait, ça devrait les intéresser, peut être...

- Intéresser qui ?

- Pas à moi qu'il faut demander ça, ma jolie. Mangez en vitesse, et suivez moi

Naenira avala mollement une bouchée de la bouillie de céréale, dont l'aspect rappelait assez bien celui de la boue. A sa grande surprise, le mélange était sucré et délicieux. Elle l'avala en vitesse et bondi hors de son lit. Elle portait encore les vieux vêtements que lui avait donné Anya March. Kramer lui fit signe de le suivre, et ensemble, ils sortirent.

Il marchèrent longtemps dans les rues du fort, passèrent devant les écuries, firent quelque détours, quand Kramer s'arrêta brusquement à un croisement de trois rues.

- Vous êtes arrivée, dit-il

- Arrivée où ? demanda Naenira, interloquée

Sans même dire un mot, l'homme désigna de la tête un bâtiment trônant au sommet d'une montée. Il était gigantesque et avait l'aspect d'une cathédrale. La facade était décorée de vitraux représentant des faits d'armes et des couronnements de rois, et des bas-reliefs couraient le long des murs.

- Qu'y a t-il, à l'intérieur ? demanda Naenira

- Vous verrez par vous même, murmura simplement Kramer

- Vous ne m'accompagnez pas ?

- Ce ne sera pas la peine.

La jeune fille avança timidement vers le bâtiment et poussa la lourde double porte de bois. Dans le hall trônait une gigantesque lance -plusieurs mètres de long- plantée tête en bas, sur laquelle était accrochée un étendard rouge sombre arborant un crane dont les yeux brillaient d'une inquiétant lueur jaune.

- Il y a quelqu'un ? demanda la jeune fille


ps : je pourrais me reconnecter cet après midi. J'ai une séance de cinéma prévue
_________________
Kin galgabaran de la arzeth
gult zen norzeth orezen.
Sku de la geeta,
leu sendra, ugor !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ilsane
Les officiers

Hors ligne

Inscrit le: 18 Aoû 2010
Messages: 130
Point(s): 117
Moyenne de points: 0,90

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 14:08 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

Dans l'ombre d'un recoin de la pièce, invisible, se tenait une silhouette attendant patiemment l'arrivée de la jeune recrue. Une lame dans la main, l'homme se curait les ongles avec une minutie particulière. Il la laissa pénétrer dans l'immense hall, il préférait ne pas la surprendre, elle devait prendre ses aises, adopter son environnement puis, seulement il quitterait son abri.
 
Quelques minutes s'écoulèrent, les yeux de la jeune femme semblaient scruter chaque détail, chaque tapisserie qui ornait les murs de pierre qui racontait nombreuses batailles victorieuses de la compagnie.
 
La dague retrouva le confort de son fourreau. Le regard d'Ilsane se fit plus perçant, préparant son entrée en scène. En trois bonds silencieux, il fut derrière la nouvelle recrue et posa une main vigoureuse sur l'arrondi son l'épaule, la forçant à se retourner.
 
- Bienvenue ! Lui fit-il en lui adressant un sourire espiègle tout en restant attentif à une réaction tempêtueuse de Nae.
 


Revenir en haut
Kirthgersen
Les officiers

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2009
Messages: 1 538
Localisation: Amiens
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 844
Moyenne de points: 0,55

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 14:58 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

- J'y trouve un goût de pomme, murmura t-elle.

- Il y en a, répondit Anya qui la regardait fixement, à présent.

- vous avez beau dire, ya pas seulement que de la pomme, il y a autre chose... Ça ne serait pas des fois de la betterave ? ajouta t-elle après une longue hésitation.

- Si, il y en a aussi.


--> Les tontons flingueurs lors du beurrage des sandwitch ^^


Vous êtes chez moi, au fort d'obsidienne, il est dix heure du matin, et nous sommes le 24 Janvier, si vous voulez tout savoir.

Une phrase de gandalf à fondcombe auprès de fredon qui est dans un lit suite à sa blessure d'un nazgul et ca devait ressembler plus à ca :

Vous êtes à fondcombe dans la demeure de Elrond, il est dix heure du matin, et nous sommes le 24 Janvier, si vous voulez tout savoir.

----------------------

Kirth resta assis et continua à boire sa pinte, il préfèra laisser Ilsane accueillir la nouvelle arrivante, qu'il semblait déjà connaitre.

-----------------------

Coucou Naenira,
bonne candidature, roman passionnant et j'attends que tu me laisses l'occasion d'y participer pour continuer de causer en RP Wink
_________________
L’hiver vient ...
L'impossible est le refuge des poltrons
GM de la compagnie noire.


Revenir en haut
Naenira
La compagnie noire

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2011
Messages: 10
Localisation: Ici et là, nulle part et n'importe où
Masculin Lion (24juil-23aoû) 馬 Cheval
Point(s): 10
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Jeu 4 Aoû - 17:20 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

Kirthgersen a écrit:

- J'y trouve un goût de pomme, murmura t-elle.

- Il y en a, répondit Anya qui la regardait fixement, à présent.

- vous avez beau dire, ya pas seulement que de la pomme, il y a autre chose... Ça ne serait pas des fois de la betterave ? ajouta t-elle après une longue hésitation.

- Si, il y en a aussi.


--> Les tontons flingueurs lors du beurrage des sandwitch ^^


Trouvé par Thierrylafrance


Kirthgersen a écrit:
Vous êtes chez moi, au fort d'obsidienne, il est dix heure du matin, et nous sommes le 24 Janvier, si vous voulez tout savoir.

Une phrase de gandalf à fondcombe auprès de fredon qui est dans un lit suite à sa blessure d'un nazgul et ca devait ressembler plus à ca :

Vous êtes à fondcombe dans la demeure de Elrond, il est dix heure du matin, et nous sommes le 24 Janvier, si vous voulez tout savoir.


Trouvé, même si c'est 24 octobre, et non 24 Janvier

Les gagnants sont donc Kirthgersen et Thierrylafrance

-------------------

Pour continuer en RP, il n'y a pas de soucis, mais je suis rentré chez vous, et j'attends que l'un de vous me tombe sur le coin de la figure. Je ne peux pas me comporter comme si j'étais chez moi. De plus, je n'ai pas encore accès à vos fiches descriptives, donc si je fais une boulette, ça va mal passer...
_________________
Kin galgabaran de la arzeth
gult zen norzeth orezen.
Sku de la geeta,
leu sendra, ugor !


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kirthgersen
Les officiers

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2009
Messages: 1 538
Localisation: Amiens
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 844
Moyenne de points: 0,55

MessagePosté le: Ven 5 Aoû - 10:56 (2011)    Sujet du message: Candidature de Naenira Répondre en citant

Kirth fini par se lever.
Et bien étranger, que nous vaut cette visite ?

Tu es ici dans l'une des bases militaires de la compagnie noire.
En générale, on entre pas chez nous par hasard.

La compagnie noire perdure ses traditions depuis des temps immémoriaux, nous somme une compagnie de mercenaire, notre réputation n'est plus à faire.
Dites moi, qui vous a envoyé ici ?

Vous semblez intimidé par ce lieu, c'est vrai que je ne me suis même pas présenté !
Je suis Kirth Gersen, Capitaine de la compagnie noire, sois la bienvenu, si tu as des ennemis à craindre, tu ne risques strictement rien en ces lieux.

Peu nous importe ton passé, ta famille, tes amis, tes ennemis en rentrant dans la compagnie noire, tu as une nouvelle famille, tous un tas de frère et de soeur prêt à risquer leurs vies pour sauver la tienne.

En rentrant à la compagnie, tu n'as plus de roi, plus de pays mais tu as de nouvelles maisons et un grand château.

Parles tu notre langue ?

Suilad  ("Salutation")
Pedich Edhellen ? ("parles tu elfique ?")
Heniach nin ? ("es ce que vous me comprenez ? ")
_________________
L’hiver vient ...
L'impossible est le refuge des poltrons
GM de la compagnie noire.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:21 (2018)    Sujet du message: Candidature de Naenira

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la compagnie noire Index du Forum -> Taverne -> Recrutement & Règlement Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com